La ventilation chez les veaux | La Coop PurdelLa Coop Purdel

La ventilation chez les veaux

Publié le 14 décembre 2020

Article écrit par Steeve Parent, T.P., expert-conseil ruminant-végétal et en COLLABORATION avec Uniag Coopérative

Le début de l’hiver nous amène souvent à évaluer nos façons de faire dans le but d’améliorer les performances de nos animaux. De plus, avec la promotion de la moulée à veaux, ceci nous permet d’évaluer certains points de régie dans nos élevages souvent négligé comme la ventilation chez les veaux.

Pendant que les vaches amènent un revenu par leur production de lait, les veaux eux seront la source de votre revenu futur. Une des clés de la réussite de votre élevage consiste à offrir un environnement optimal pour la croissance des jeunes sujets.

Premièrement, il est indispensable pour les veaux de respirer de l’air fraîchement renouvelé en toute saison, c’est-à-dire, un air non chargé en éléments pathogènes. Pour ceux élevés à l’extérieur, il n’y a donc aucun problème? Ce n’est pas tout à fait vrai, car l’emplacement des huches fait une grosse différence, tout comme l’aération en saison estivale (soulever le bas de la niche pour permettre un changement d’air à l’intérieur, par exemple) ou encore la litière. En effet, été comme hiver, une litière sèche diminue la pression microbienne et aide à garder le veau plus près d’une température confortable.

Voici quelques données techniques à connaître pour obtenir de bons résultats :

– L’hiver, on vise 4 changements d’air par heure, c’est-à-dire que toutes les 15 minutes, tout le volume d’air du bâtiment a été remplacé par de l’air frais.
Même s’il fait froid, il faut créer un mouvement d’air, sans dépasser 60 pieds par minute (0,3m/s). La ventilation permet de retirer la chaleur (neutralité thermique du veau entre 10 et 25 degrés Celsius), l’ammoniac (moins de 17 ppm), l’humidité (optimal autour de 65 %), d’éloigner les organismes néfastes et les mouches.
D’un autre côté, une ventilation déficiente hypothèque grandement le système immunitaire des veaux, augmente le risque de pneumonies, réduit la consommation et ne permet pas une croissance optimale de votre future source de revenus.

Des tubes de dimensions adéquates selon le volume de la pouponnière, percés de trous de grosseurs variables selon la saison, déplacent l’air frais au-dessus des veaux. Afin de faire bénéficier du mouvement d’air aux jeunes sujets, on force l’extraction vers le bas par des panneaux qui dirigent l’air vers des ventilateurs situés dans un mur extérieur. C’est le principe de l’extraction basse.

– L’été, en ajoutant des entrées d’air, on multiplie les changements d’air par 3.

Les mouches représentent un défi en saison estivale. La ventilation aide grandement à contrôler ce problème. À partir de 176 pieds par minute (0,9m/s) au niveau des animaux, il a été démontré que les mouches ne demeurent pas à cet endroit.