Portrait robotique: Ferme Rodrigue & Fils inc. | La Coop PurdelLa Coop Purdel

Portrait robotique: Ferme Rodrigue & Fils inc.

Publié le 14 décembre 2020

Article écrit par ELISABETH CARBONNEAU, M.Sc. agr. Experte-conseil Ruminant / Végétal

C’est avec un immense plaisir que je vous présente la Ferme Rodrigue et Fils pour ce premier portrait robotique. Située à St-Anaclet-de-Lessard, la Ferme Rodrigue et fils a vu le jour en 1859 et ils en sont maintenant à la 6e génération (les enfants de Caroline et Jean-Philippe représentent la 7e génération). Pour la famille Rodrigue, la passion pour l’agriculture ne date pas d’hier. Je ne pense pas qu’à l’époque ils pouvaient s’imaginer qu’un jour leurs vaches seraient traites par des robots. Le troupeau compte 93 vaches en lait et possède 123 kg de quota à 4% de gras et 3.25% de protéines. Le troupeau compte aussi 1EX, 34TB, 52BP et 17B.

Comme chacun le sait, la production laitière demande beaucoup de temps et une routine de traite de deux fois par jour. C’est en 2014, pour gagner de la flexibilité dans leur horaire afin de passer plus de temps en famille ainsi que pour améliorer le bien-être et le confort des vaches, que la ferme fait le grand saut vers la robotique en faisant l’achat de deux robots.

Au niveau alimentaire, la RPM de base est composée d’ensilage d’herbe, d’ensilage de maïs, de foin, de maïs sec, de tourteau de soya, de minéral et de soda. Aux robots, les animaux reçoivent une moulée 16 % à base de pois (moulée RP) avec du pois produit en région, du tourteau de soya ainsi que du Robostart
(aliment de départ en lait).

Depuis 6 ans, les producteurs ont vu plusieurs améliorations sur la ferme. Tout d’abord, la reproduction s’en est trouvée grandement facilitée. En effet, ils sont passés de 2.94 à 1.96 saillies par vache par année sans compter que l’intervalle de vêlage a diminué de 40 jours passant de 423 à 383. Et cette amélioration de la reproduction s’est effectuée en diminuant le nombre de protocoles d’insémination. Ils ont également vu une amélioration marquée de la longévité des animaux et des cellules somatiques. Les effets positifs de la robotique se sont aussi répercutés sur les pics de lactation et la persistance.

L’entreprise produit 1.53 kg de gras par vache et la marge par kg de gras vendu est de 13.17 $. De plus, la marge alimentaire par robot se situe à 901 $. Ces impressionnants résultats parlent d’eux-mêmes et montrent bien les excellentes performances de la ferme.

Les producteurs ont encore beaucoup d’objectifs à atteindre pour maximiser leur entreprise. Premièrement, ils travaillent très fort pour augmenter la vitesse de traite afin d’améliorer l’efficacité des robots. Pour y arriver, ils ont des critères bien précis pour la sélection des vaches et des taureaux. Ces critères sont, bien entendu, la vitesse de traite mais aussi les composantes et la qualité des pieds et membres. De plus, ils inséminent 1/3 du troupeau avec de la semence sexée et l’autre 2/3 avec de la semence de boucherie (Angus) afin d’élever seulement les meilleurs sujets. Deuxièmement, ils souhaitent ardemment que la santé des pieds et membres restent à son meilleur. Pour y arriver, ils effectuent un bain de pied par semaine.

Le principal défi de la ferme au quotidien se situe au niveau de l’alimentation. En effet, la routine alimentaire doit être la plus stable possible. Comme me disaient les producteurs : « Ça ne prend pas grand-chose pour défaire l’équilibre et la routine. Quand il se passe quelque chose, ça prend du temps pour revenir à la normale ».

Ce qui semble clair pour eux c’est que le succès de l’entreprise est principalement dû au travail d’équipe. Il n’y a pas juste les vaches qui doivent travailler. En effet, l’équipe doit être solide. Que ce soit les experts-conseils ou le vétérinaire, nous devons tous travailler ensemble pour aller dans la même direction et atteindre les buts fixés. Il ne faut surtout pas oublier Anne Routhier, l’épouse de Réjean, qui tient la comptabilité à jour d’une main de maître. De plus, ce qui est intéressant c’est que chacun d’entre eux met la main à la pâte autant dans l’étable que dans les champs. Sans oublier les enfants qui participent activement aux tâches de la ferme.

Pour le futur, l’entreprise ne souhaite pas prendre d’expansion mais plutôt augmenter l’efficacité et les performances du troupeau avec leurs nouvelles installations. Je tiens également à souligner le travail acharné, la constance et la passion qui habitent ces producteurs. La Coop Purdel souhaite une longue vie et beaucoup de succès à la Ferme Rodrigue et fils pour l’avenir. C’est une joie et un privilège de travailler avec vous. Nous sommes fiers d’être votre partenaire dans l’accomplissement de vos objectifs et de votre réussite.